Jean Royer passe à table aux Contes à rendre

Le poète réputé Jean Royer, prix Athanase-David 2014 pour l’ensemble de son oeuvre, est passé à table dans le cadre de l’émission Les contes à rendre du 8 octobre 2015 sur les ondes de Radio Centre-ville. À cette occasion, il s’est livré avec beaucoup de générosité.

Émission Les contes à rendre du 8 octobre 2015

Je suis heureux, privilégié et honoré d’avoir reçu un homme et un artiste d’une telle qualité pour ma dernière entrevue aux Contes à rendre. J’en profite donc pour remercier cet acteur important de la scène culturelle québécoise des 50 dernières années d’avoir accepté l’invitation, et je lui souhaite de nombreux autres beaux moments de création.

J’aimerais également remercier tous mes invités qui, au fil du temps, m’ont fait cadeau d’un peu d’eux-mêmes et qui m’ont permis d’apprécier pleinement le rôle d’intervieweur. Je remercie Marc Lavoie de m’avoir tendu mon premier micro et de m’avoir fait découvrir le bonheur de la radio. Je remercie Nathalie Turgeon d’avoir balisé le terrain et de m’avoir encadré dans la préparation nécessaire à cette entrevue. Je remercie également mes collègues de la radio, Yvon Jean, Yvon d’Anjou et Akim Kermiche, qui m’ont épaulé au fil du temps. Je remercie Madame Minou d’avoir égayé nos soirées et de m’avoir fait sourire. Enfin, je remercie toutes celles et tous ceux qui m’ont encouragé, d’une façon ou d’une autre, dans mes activités radiophoniques au fil du temps.

Longue vie à Jean Royer! Longue vie aux Contes à rendre! Et vive la poésie!

José Acquelin passe à table aux Contes à rendre

José Acquelin

Le poète primé José Acquelin, Prix du gouverneur général 2014 pour son recueil Anarchie de la lumière (Éditions du Passage, 2014)passe à table au cours de l’édition du 10 septembre 2015 de Les Contes à rendre, diffusée sur les ondes de Radio Centre-ville (102,3 FM) et webdiffusée au www.radiocentreville.com. À cette occasion, l’auteur est cuisiné avec soins par les mirontons Jean Yves Métellus et Robert Hamel. José Acquelin s’est livré avec beaucoup de candeur et de générosité, abordant des thèmes tels que la poésie, l’art, la vie, la mort, la liberté, la création, la diffusion, le chaos, l’imprévisible, la coïncidence et, bien sûr, la lumière.

Les Contes à rendre est diffusée tous les jeudis, de 6 h à 8 h.
Production et recherche : Nathalie Turgeon et Marc-André Lavoie
Réalisation, coordination et régie : Marc-André Lavoie
Captation vidéo : Akim Kermiche

Entrevue José Acquelin passe à table en format vidéo

La Nuit de la poésie du 3 août 2013 (3 de 3)

Martin «Martimots» Rivest

La poésie est un chat de ruelle. Elle aime l’heure où le possible rêve, la rumeur de la rue et le murmure des nuits blanches. Elle aime aussi les effluves du plaisir, l’impromptu et l’imprévu. La nuit du 3 août s’est esquissée au fil du temps, elle s’est tracée au gré des gens. Certains se sont désistés, d’autres ont débarqué à la onzième heure. La poésie ne se fige pas dans l’espace. Elle ne se berce pas au rythme de l’horloge. En plein cœur de la nuit, Martin « Martimots » Rivest a rendu un émouvant hommage à la mère, mettant ainsi un point final à cet événement. Puis, la transmission s’est terminée par le magnifique Speak White de Michèle Lalonde, ce cri du cœur de la langue-mère.

Cinquième heure : Extraits cinématographiques de la Nuit de la poésie du 27 mars 1970, Yvon Jean, Vincent Collard, Véronique Cyr, Frédérique Marleau, François-Pierrôt Black, Céline Bruyère, Nathalie Turgeon, Pierre-Gabriel Nepveu, Alain Trempe, Louis et Éric Roger,

Sixième heure : Tommy Gaudet, Simon-Pierre Bilodeau, la Stèle, Martin « Martimots » Rivest, Vincent Collard, Sylvie Caissie, Alain Trempe et J. P. Mortier.

Segment final : J. P. Mortier, extraits cinématographiques des nuits de la poésie (Claude Gauvreau, Michèle Lalonde, Gilbert Langevin, Gaston Miron, Gérald Godin, etc.), Martin « Martimots » Rivest et Michèle Lalonde.

La nuit de la poésie du 3 août 2013 (2 de 3)

Cortezia

La poésie est liberté à l’état pur. La poésie est la parole libérée de ses chaînes, de toutes ses chaînes : linguistiques, politiques, sociales, économiques. La poésie assume ses parts de lumière et d’ombre : sous des airs de jeune fille sage, elle porte des dessous de latex et manie le fouet avec doigté. Docile adjointe administrative le jour, elle s’affranchit des conventions et va au bout d’elle-même la nuit.

Notre série de billets sur la Nuit de la poésie du 3 août 2013 se poursuit aujourd’hui avec la diffusion des vidéos des heures 3 et 4 de ce marathon artistique. Au début de la troisième heure, Louis Royer, qui a eu le privilège de participer à la nuit de la poésie du 27 mars 1970, une initiative de Gaston Miron et Claude Haeffely, se remémore l’événement en compagnie de l’animateur et poète Éric Roger.

Troisième heure : Cortezia (Louis Royer et Jessica Charland), Valérie Côté, la Clocharde, la Stèle et un extrait vidéo (l’incandescent Speak White de Michèle Lalonde).

Quatrième heure : Neil O’Connor accompagné de Vendu séparément, Nathalie Turgeon, Pierre-Gabriel Nepveu, Frédérique Marleau, Valérie Côté, Calie, Sylvie Caissie, Chantal Violaine Bergeron ainsi que des extraits vidéo de Denis Vanier, Michèle Lalonde, Gaston Miron et Claude Gauvreau.

Soirée SoloVox Miron le 25 juin

Soirée Miron

Les amateurs de poésie − et en particulier de celle du grand Gaston Miron − ont rendez-vous le 25 juin à compter de 19 h au Pas Sages, au 951, rue Rachel Est, à Montréal, alors qu’une soirée SoloVox se tiendra exceptionnellement à cet endroit. Pour l’occasion, l’organisateur Éric Roger réunira, autour des mots de notre poète national, les Jean Royer, Marie-Charlotte Aubin, Audrey-Anne Marchand, Marjolaine Deschênes, Hughe Blier, Nathalie Turgeon et Robert Hamel. Cortezia version formation simple (Jessica Charland et Louis Royer) assurera la portion musicale et Marc Poellhuber signera les paysages sonores. Le tout sera bien sûr suivi d’un micro libre.

Éric Roger organise les soirées SoloVox depuis maintenant 13 ans.

Éric Roger organise les soirées SoloVox depuis maintenant 13 ans. (Photo : Robert Hamel)

Les soirées SoloVox, qui en sont à leur treizième année d’existence et qui ont repris le flambeau de La place aux poètes de la regrettée Janou Saint-Denis, misent sur la commandite des Éditions David, des Éditions du Noroît, de Éditions de l’Hexagone, des Éditions Prise de parole, des Écrits des Forges, du Tremplin d’actualisation de poésie (TAP) et des Éditions Triptyque.

Le prix d’entrée est de 8 $ et comprend une revue ou un recueil de poésie au choix parmi les titres de la librairie volante. Pour 2 $ de plus, les amateurs de poésie pourront se procurer un flipbook d’Éric Roger.

Certains des hyperliens ci-dessus mènent à des pages Facebook. Vous devez être connecté à Facebook pour y accéder sans problème.

Lavoie à suivre (première de deux parties) : Si seulement de Josianne Lavoie

Si seulement

Si seulement
À coup de cris
En points et en gueule
À coup de si
En cœurs et en bouche
En arrière-goût
De si qui vont pas loin
Pas plus que l’ombre de mes pas
Pas de quoi traverser un océan
Ou même un pont
Pas de quoi en boire
Dirait la mère
Envoye, viens qu’on se baigne
Dans nos possibles!

Dans un beau grand monde de si
À tout bout de chant
Des si
Qui me cisaillent
Me sifflent
Me circonstancent
Me ciboirent
Me p’tit ciargent
Me simonaquent
Et silencieusement…
Me sillonnent

Me si on…
Surtout eux, oui
Les « si on »
Les « pas si on »
De criss
De ssi à l’envers
Les « si nous », tsé?
Si ON essayait moins
Si NOUS étions plus
Si ON s’aimait
Si NOUS savions comment
Si peut-être on s’pouvait?

Ce sont des si
Plus dur à avaler ça
Qui siphonnent
Les arrières pensés
Des grands sillages de dents
Qui s’mordent la langue
Quand prononcés
Juste pour se convaincre
Comme le « ça va bien »
Que tu crois jamais
Le « ça va pas »
Que t’étouffes
En p’tit fake
Qui s’éternise
Et devient toi
Le fake
Qui finit pas

Des si
Pour se mentir
Et refuser
Pour croire en qu’que chose
Et s’acharner
Pour taire le constat
De petite misère pesante
Qui s’opère et nous dissèque
Pour être beaux
Dans nos silences
Au bal masqué
Des synonymes
De contents et contentés
Où on laissera
Au vestiaire
Nos sentiments

Des si
Pour être forts
Et rester droit
Pour avancer
Sans avoir à penser
Au présent du futur
Imparfait
Keep your eyes on the sky!
Cause the price’s the limit!

Des si
Pour juste rêver
Ne pas avoir
À justifier l’échec
« À l’impossible, nul n’est tenu »
Que l’on dit
Faut croire que tout ce temps
On blâmait
La mauvaise syllabe
Pour expliquer
Qu’on s’tait planté

Des si
Pour pas trop vouloir partir
Juste un p’tit peu
Pour se demander
Qui s’ennuierait
De mon absence?
Possiblement les mêmes
Qui s’fouttaient de ma présence!
Qui oublierait de m’pleurer
En s’obstinant
À savoir qui paye les fleurs?
Possiblement les mêmes
Qui ne m’voyaient pas les manger

Toutes ces fleurs
Ces narcissistes
Qui m’infligent
Cette pression
Qui me dessine
Des rides à mon front
À force de plisser
Les yeux vers l’horizon

Vers une société impatiente
Incapable d’apprécier
Le moment présent
Qui s’immole
Dans le paraitre et le semblant
Qui s’entête à spéculer
Sur la vie et les choses
En oubliant que demain
Nous ramènera quand même
Nos psychoses

Une société impassible
Dans son espoir
Qui a dont peur
De se tromper
De passer à côté
Qui aurait
Dont du
Voulu savoir
Ce qu’on serait
Dont devenu si

Et seulement si

© Josianne Lavoie. Tous droits réservés pour tous pays.

Par ici pour accéder à La VOIX et les MOTS, le blogue de Josianne Lavoie.

Josianne Lavoie

Josianne Lavoie en prestation à SoloVox. © Tous droits réservés – Nathalie Turgeon (2013)

À propos de Josianne Lavoie
Né au Saguenay, Josianne Lavoie habite désormais à Gatineau où elle s’impose sur la scène slam locale. Elle a tenté récemment l’aventure de la poésie dans la métropole et s’est fait remarquer lors des soirées SoloVox. Sur scène, cette jeune femme livre une poésie intense, intimiste et inspirée avec conviction, ferveur et émotion. Josianne partage également une page Facebook avec Catherine H. Lavoie.

Josianne Lavoie. Une voix et des mots. Une voix à découvrir.

L’auteur de ce blogue tient à remercier l’auteure et photographe Nathalie Turgeon pour sa contribution à ce billet.

Les deux hyperliens qui précèdent ouvrent des pages Facebook. Ils fonctionnent mieux si vous êtes déjà connecté à Facebook.