Avec le temps (Léo Ferré)

Avec le temps
Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
On oublie le visage et l´on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c´est pas la peine d´aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c´est très bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
L´autre qu´on adorait, qu´on cherchait sous la pluie
L´autre qu´on devinait au détour d´un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D´un serment maquillé qui s´en va faire sa nuit
Avec le temps tout s´évanouit

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
Même les plus chouettes souv´nirs ça t´as une de ces gueules
A la gal´rie j´farfouille dans les rayons d´la mort
Le samedi soir quand la tendresse s´en va toute seule

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
L´autre à qui l´on croyait pour un rhume, pour un rien
L´autre à qui l´on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l´on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l´on s´traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
On oublie les passions et l´on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s´en va
Et l´on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l´on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l´on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l´on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment… avec le temps… on n´aime plus

Léo Ferré

Dis tout sans rien dire (Daniel Bélanger)

Dis tout sans rien dire

Dis tout sans rien dire
Si jamais on te demande
Où je suis passé
C’est facile, invente
Dis tout sans rien dire
Ou mens sans mentir

Ne dis pas surtout
Combien j’ai peur
De ces voix dans ma tête
Qui me racontent
Des histoires bizarres
Et très étranges
Je finis par les croire
Et elles me hantent
Du matin au soir
Dis tout sans rien dire
Ou mens sans mentir

Je fais un rêve
Chaque nuit le même
Et dans ce rêve
Tout est plus réel et plus terrestre
Où je me vois tout en contrôle
Aimer la vie, m’aimer aussi

Si jamais
Tu fais un vœux
Sous une étoile filante
Ferme les paupières
Pense à moi ton frère
Vois comme je suis pauvre
Face à toi, l’âme saine et sauve
Si je suis fou comme je le pense
Reste là à mes côtés
En silence, sans rien dire

– Daniel Bélanger

Ne me quitte pas (Jacques Brel)

Ne me quitte pas

Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s’oublier
Qui s’enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
À savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
À coups de pourquoi
Le coeur du bonheur

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserais la terre
Jusqu’après ma mort
Pour couvrir ton corps
D’or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l’amour sera roi
Où l’amour sera loi
Où tu seras reine

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je t’inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants-là
Qui ont vu deux fois
Leurs cœurs s’embraser
Je te raconterai
L’histoire de ce roi
Mort de n’avoir pas
Pu te rencontrer

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

On a vu souvent
Rejaillir le feu
D’un ancien volcan
Qu’on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu’un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu’un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s’épousent-ils pas?

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus parler
Je me cacherai là
À te regarder
Danser et sourire
Et à t’écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L’ombre de ton ombre
L’ombre de ta main
L’ombre de ton chien

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Paroles et musique : Jacques Brel

Le génie derrière Jenny

Papillons

Jenny
Tes p’tits mots doux oubliés au fond d’ mes boîtes à lunch
Pour me donner l’espoir, c’est mieux qu’ la Bible
Tes soupers après mes journées dures et ennuyantes
Pour que j’ m’endorme toujours en homme libre
Ton coeur toujours là à m’attendre
Indulgent comme une mère de tueur
Oh Jenny, ma lueur

J’ pas trop fort en affaire comme ceux qui volent avec leurs plumes
Je n’ai que ma sueur pour toute fortune
J’ te donnerais tout ce que j’ai mais faudrait encore une fois
M’en aller l’emprunter

J’ n’ai tu broyé du noir à toute vouloir lâcher
Comme si j’étais d’un concours de courage
Nos seules vacances, c’était quand on allait s’ coucher
Mais laisse-moi t’ dire, ta peau, c’est mieux qu’une plage
Et chaque nuit, j’ veux tenter ma chance
Parmi un grand mariage d’oiseaux
Oh Jenny, mon ange

Quand j’ vois quèqu’ chose de beau à chaque fois je pense à toé
À mes yeux t’es la soeur d’ la beauté
J’ te donnerais tout c’ que j’ai mais ça tiendrait d’un p’tit casseau
Toute c’ que j’ai, c’est moé

J’essaye de faire en sorte que quand tu penses à moé
Tu m’ dises que t’aurais pas pu trouver mieux
C’te christie d’ vie je l’ai d’ travers, c’est ben ça l’ mystère
Comment t’as faite pour me rendre heureux ?
À soir, mon beau camion vient de livrer
Un merci grand comme la mer
Oh Jenny, comme la mer

C’est comme disent les crackés : j’ vas r’venir un jour sur terre
Je s’rai un chèque en blanc à ton nom
J’ te donnerai tout ce que j’ai mais c’ pas sérieux parce qu’au fond
Toute c’ que j’ai, c’est toé.

Richard Desjardins et Francis Grandmont, 2003.

©  Richard Desjardins et Francis Grandmont. Tous droits réservés pour tous pays.

Opium dans le ciel

Voix lactée

Opium dans le ciel
Opium dans le ciel
Formes rondes, formes belles
J’ai des amis qui en abusent mais moi
Ma bohème s’use
Voie lactée, émeraude
La séance est avant l’aube
Les insomniaques s’amusent mais moi
Ma bohème s’use
Mais moi, ma bohème s’use

La terre pivote et autour d’elle
Des âmes flânent
une âme espère et l’autre rêve
Des âmes planent

L’espace garde en otage
Le lunatique en son ouvrage
Et le dauphin flou sous l’hymen d’eau
Que la lune suit de ses flambeaux
Vous les bonheurs célestes
Vous qui veniez dans ma cambuse
M’aimez-vous encore, aimez-vous ce qu’il reste
Une fois que le temps prend l’homme et l’use?
Que le temps prend l’homme et l’use…

La terre pivote et autour d’elle
Des âmes flânent
Une âme espère et l’autre rêve
Des âmes planent

© Les Éditions Kaligram. Tous droits réservés pour tous pays.

Vous pouvez vous procurer Les insomniaques s’amusent en version MP3 ou CD chez Archambault.

La bête de scène et les monstres sacrés

Le poète français Jacques Prévert

Jacques Prévert (1900-1977)

Jacques Brel (1929-1978)

Je vous offre aujourd’hui deux pièces d’anthologie mettant en vedette trois très grandes pointures de la musique populaire et de la chanson d’expression française. Dans la première, Iggy Pop, légendaire bête de scène de la musique punk américaine, interprète Les feuilles mortes du poète iconoclaste français Jacques Prévert. Dans la seconde, Iggy chante Ne me quitte pas en duo avec la chanteuse d’origine nigériane Ayo, rendant ainsi hommage au Belge le plus célèbre qui soit, Jacques Brel.

Laquelle des deux pièces préférez-vous?

Je tiens à remercier Sonia Bergeron pour l’inspiration.