Gabrielle Tremblay, le coup de coeur 2015 de Lune funambule

Gabrielle Tremblay, auteure de Le ventre des volcans et protagoniste de Broadway brûle.

Gabrielle Tremblay

J’ai le bonheur de commencer l’année 2016 de Lune funambule avec mon coup de cœur poétique 2015 : Gabrielle Tremblay, auteure de Le ventre des volcans (Éditions de l’étoile de mer, 2015) ainsi que protagoniste et assistante à la réalisation (entre autres titres) de Broadway brûle, une réalisation de Nicolas Fiset.

Le ventre des volcans, une crise identitaire tout en poésie

Bien que Gabrielle Tremblay ait commencé à écrire Le ventre des volcans avant même d’en tracer les premiers jets, ce recueil est le fruit de plus de cinq années d’écriture et de réécriture. Comprendre l’amour, aimer au-delà de l’amour, voilà des mystères que tente d’élucider cet ouvrage.

Ce recueil est un portrait intimiste des luttes universelles : s’affranchir des angoisses quotidiennes, composer avec ses obsessions, survivre aux chutes pour mieux se relever dans la droiture du jour qui s’éveille, vivre sa vie de la façon la plus honnête possible.

L’auteure aborde dans cet ouvrage des thèmes lourds avec une sensibilité déconcertante et une vulnérabilité palpable, névrotique.

Quelques mots sur l’auteure

Gabrielle Tremblay est une habituée des soirées du Tremplin d’actualisation de poésie (TAP) animées par André Marceau à Québec, et de plusieurs autres événements de la scène québécoise (spectacles-bénéfices ou autres). Le cinéma, la littérature et la musique teintent sa prose depuis la fin de l’adolescence.

Participer à divers courts-métrages en tant qu’actrice et s’adonner à la photographie en tant que modèle représentent pour elle des façons palpitantes de célébrer sa féminité, son identité.

Ayant assumé sa transsexualité à l’âge de 21 ans, Gabrielle peut enfin donner une voix plus juste aux luttes qui la tourmentent et aux espérances qui l’habitent. Le ventre des volcans est son premier ouvrage de poésie publié.

 

Gilles Bélanger : l’âme des 12 hommes rapaillés

gille_belanger

12 hommes rapaillés

Qui donc peut affirmer avoir remporté le Félix d’auteur-compositeur de l’année en duo avec le légendaire Gaston Miron? La réponse : Gilles Bélanger, metteur en chansons des poèmes de notre poète national. Instigateur des albums 12 hommes rapaillés volumes 1 et 2 ainsi que de La symphonie rapaillée, le musicien se livre en entrevue lors de l’émission Les contes à rendre sur les ondes de Radio Centre-ville, 102,3 FM, la radio communautaire multilingue de Montréal depuis plus de 40 ans (avec la collaboration de Nathalie Turgeon à la recherche, Marc-André Lavoie à la régie et d’Akim Kermiche à la caméra).

Contenu intégral de l’entrevue en format vidéo (crédit : Akim Kermiche)

12 hommes rapaillés, le Making of

 

 

 

 

 

 

Entrevue Louise Forestier à Radio Centre-ville

Louise Forestier, porte-parole de Radio Centre-ville,
102,3 FM à Montréal

Il y a quelques semaines, j’ai eu le privilège d’interviewer Louise Forestier dans le cadre de l’émission Les contes à rendre sur les ondes de Radio Centre-ville, 102,3 FM à Montréal. Porte-parole de la station qui célèbre cette année son 40e anniversaire d’existence, madame Forestier est une actrice et un témoin privilégiée de l’histoire du Québec contemporain. Elle se livre ici dans une généreuse entrevue de plus de 30 minutes.

Contenu intégral de l’entrevue en format vidéo (crédit vidéo : Yvon Jean).

 

Louise Forestier chante La Prison de Londres lors du spectacle de la Fête nationale à Québec, en 2009.

Pauline Michel aux Contes à rendre

Pauline Michel est une artiste polyvalente. Tour à tour romancière, poétesse, comédienne, chanteuse, scénariste et bien d’autres rôles encore, elle m’a accordé une généreuse entrevue de près d’une heure dans le cadre de l’émission Les contes à rendre, qui a été diffusée sur les ondes de Radio Centre-ville, 102,3 FM à Montréal, le 9 avril 2015.

Vous trouverez ci-dessous l’émission complète en format MP3 et vidéo (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre). Bonne écoute!

Émission intégale en format MP3

Entrevue Pauline Michel en format vidéo