Lumineuse Chloé Sainte-Marie aux Contes à rendre

Chloé

J’ai eu le plaisir et l’insigne honneur de recevoir celle qui a fait de sa voix la harpe des poètes, Chloé Sainte-Marie, lors de ma chronique De parole et de lumière, diffusée dans le cadre de l’émission Les contes à rendre (Radio Centre-ville, 102,3 FM à Montréal et partout dans le monde sur Internet [www.radiocentreville.com]).

Chloé Sainte-Marie donnera deux représentations de son spectacle À la croisée des silences, à la cinquième salle de la Place-des-Arts, à Montréal, les 24 et 25 avril 2015. Son dernier opus, l’album éponyme, composé de deux cd et d’un élégant livre, est offert chez tous les bons disquaires. Vous pouvez également vous le procurer, en tout ou en partie, en format téléchargement sur iTunes.

À la croisée des silences est le septième album de la chanteuse. L’artiste a récolté de nombreux prix et de nombreuses distinctions depuis son incursion dans le domaine de la chanson, dont deux Félix.

Émission intégrale du 16 avril 2015 en format MP3

Entrevue Chloé Sainte-Marie du 16 avril 2015 en format vidéo

 

 

L’Absent (Fernand Ouellette)

L’Absent
Sensible ou non aux âges,
Je reste un fils
Lorsque parfois je retrouve
Ma propre enfance. Conquérante.

Et je reprends ma vie
Avec sa lourdeur,
Avec la fatigue de celui qui subit
Le temps, en témoin désarmé
De ce qui s’exténue en lui.
Errant toujours en quête
D’une présence,
Même au fond de la rose des vents.

Suis-je un père
Perdu par et pour le fils ?

Et pourtant, je tiens l’absent avec tout mon être
Jusque dans la mémoire des bras,
Jusque dans son propre affolement,
Sa détresse
Lorsqu’il prenait conscience
De marcher à côté de son rêve.

Je vais sous l’azur,
À pleins regards, à pleins souvenirs,
Tout orienté vers une forme, une icône,
Tout oreille pour une voix qui pourrait surgir
Un jour à la croisée des silences.

— Fernand Ouellette, Éditions du Passage, 2010.

Ce qu’il faut dire (Bruno Roy)

Ce qu’il faut dire
Je suis folle à la mesure de l’instant
Je chavire
Je délire
Je dérive

Je vole en éclat de soleil
J’habite une joie
Très abîmée de douleur

Je n’ai que mes troubles
Pour vous tendre la main
Je n’ai que ma brûlure
Pour marcher avec vous
Je n’ai que les ruines de la mort
Pour devenir vie
Je n’ai que moi-même pour tout dire
L’ombre à mon cou
Je n’ai pas peur
Non je ne me retournerai pas
J’irai chercher dans tes mains
Ce courage qui t’a fait

Oui j’irai par un jour de lumière
Apprendre à mourir
Pour me rapprocher de moi
Pour me rapprocher de toi
Pour dire ce qu’il faut dire

— Bruno Roy
(récitée par Chloé Sainte-Marie sur son album Je marche à toi)

Ce qu’il faut dire (Bruno Roy)

Ce qu'il faut dire

Ce qu’il faut dire
Je suis folle à la mesure de l’instant
Je chavire, je délire, je dérive
Je vole en éclats de soleil
J’habite une joie très abîmée de douleur
Je n’ai que mes troubles pour vous tendre la main
Je n’ai que ma brûlure pour marcher avec vous
Je n’ai que les ruines de la mort pour devenir vie

Je n’ai que moi-même pour tout dire
L’ombre à mon cou, je n’ai pas peur
Non, je ne me retournerai pas
J’irai chercher dans tes mains ce courage qui t’a fait
Oui, j’irai par un jour de lumière apprendre à mourir
Pour me rapprocher de moi
Pour me rapprocher de toi
Pour dire ce qu’il faut dire

Chloé Sainte-Marie, album Je marche à toi (paroles de Bruno Roy)