Massacre (Louis Geoffroy)

MassacreMassacre
fauchées
fauchées
elles se sont couchées sans pudeur
molles
flasques
et les mots durs giclent de partout
batouque de mon corps
tam tam TAM tam tam TOM tam tam TAM tam tam TOUM
et les longs hurlements intestinaux du trane les tuent tous autant qu’ils sont proses vociférantes de l’amour au passage des ailes de la vie cadavres que le sorcier a ranimés pour les besoins du c’oq-mo’t verbes du couchant du levant lancés avec le soleil ou avec la lune car pâlit et s’épanche dans son sang l’oiseau turquoise qui me fait crier qui me fait hurler à l’immense fleur jaune comme un loup assoifé
il ne reste que des ruines
et vraiment batouque de mon corps
mon corps n’est et ne sera que ce qui compte
ou bien ton corps
si aimes
mieux
ou moi

– Louis Geoffroy, Totem poing fermé

Et le soleil (Léopold Sédar Senghor)

Et le soleil

Et le soleil
Et le soleil boule de feu, déclive sur la mer vermeille.
Au bord de la brousse et de l’abîme, je m’égare dans le dédale du sentier.
Elle me suit, cette senteur haute altière qui irrite mes narines
Délicieusement. Elle me suit et tu me suis, mon double.

Le soleil plonge dans l’angoisse
Dans un foisonnement de lumière, dans un tressaillements de couleurs de cris de colères.
Une pirogue, fine comme une aiguille dans une mer immense étale
Un rameur et son double.
Saignent les grès du cap de Nase quand s’allume le phare des Mamelles
Au loin. Le chagrin tel me point à ta pensée.

Je pense à toi quand je marche je nage
Assis ou debout, je pense à toi le matin et le soir
La nuit quand je pleure, eh oui quand je ris
Quand je parle je me parle et quand je me tais
Dans mes joies et mes peines. Quand je pense et ne pense pas
Chère je pense à toi!

— Léopold Sédar Senghor

Me and a Gun (Tori Amos)

Me and a Gun

Me and a Gun
5 A.M.
Friday morning
Thursday night
Far from sleep
I’m still up and driving
Can’t go home
Obviously
So I’ll just change direction
Cause they’ll soon know where I live
And I wanna live
Got a full tank and some chips

It was me and a gun
And a man on my back
And I sang « holy holy »
as he buttoned down his pants
You can laugh
It’s kind of funny things you think
In times like these
Like I haven’t seen Barbados
So I must get out of this

Yes I wore a slinky red thing
Does that mean I should spread
For you, your friends, your father, Mr. Ed

Me and a gun
And a man
On my back
But I haven’t seen Barbados
And I know what this means
Me and Jesus a few years back
Used to hang and he said
« It’s your choice babe just remember
I don’t think you’ll be back in three days time
So you choose well »
Tell me what’s right
Is it my right to be on my stomach
of Fred’s Seville

Me and a gun
And a man
On my back
But I haven’t seen Barbados
So I must get out of this

Do you know Carolina
Where the biscuits are soft and sweet?
These things go through you head
When there’s a man on your back
And you’re pushed flat on your stomach
It’s not a classic Cadillac

Me and a gun
And a man
On my back
But I haven’t seen Barbados
So I must get out of this
No I haven’t seen Barbados
So I must get out of this

Tori Amos, 1991

ce ça

Tiré du blogue Confessions intimes et équivoques de Johanne Morrisseau.