Actualités littéraires et poétiques de la rentrée

Moi qui aime l’été, j’ai un pincement au coeur : la mi-septembre est à nos portes, les écoliers sont retournés en classe, la routine est bien installée et les heures de pointe sont cauchemardesques, comme d’habitude. Mais la bonne nouvelle, c’est que tout n’est pas perdu, puisque la rentrée culturelle bat son plein, elle aussi.

Je promets d’être là, de Marie-Belle Ouellet.

Marie-Belle Ouellet publie Je promets d’être là
Le samedi 8 septembre, la poétesse Marie-Belle Ouellet procédait au lancement de Je promets d’être là, son second recueil publié aux Éditions David. Comme Nocturnades l’écrivait la semaine dernière, il s’agit d’un livre empreint de douceur et de sensibilité. En voici un bref extrait :

quand tu tireras le rideau sur mes joues
en signe de poussières
pour les remous de la tendresse
je promets d’être là
tu poseras les gestes qu’il faut

Je promets d’être là n’est qu’un des nombreux livres que les Éditions David publient cet automne. Pour en savoir davantage sur la maison, consultez son site Web, lequel est attrayant, bien conçu et doté d’une boutique en ligne (www.editionsdavid.com). Vous pouvez également suivre les activités des Éditions David sur Facebook (http://www.facebook.com/pages/Les-Éditions-David/).

Les Éditions Triptyque célèbre 35 ans d’activités littéraires.

Effervescence aux Éditions Triptyque
Essai, poésie, fiction : les Éditions Triptyque ont concocté un programme chargé pour la rentrée, soulignant du coup 35 années d’activités littéraires. Parmi les ouvrages offerts, mentionnons Une belle famille d’Annie Cloutier (fiction), Les aubes en retard d’Olivier Labonté (poésie [quel joli titre!]) et Enfanter l’inhumain − Le refus du vivant d’Olivier Dyens (essai). Les Éditions Triptyque publient aussi la revue Moebius. Les numéros 134 et 135 de ce périodique porteront respectivement sur les arts martiaux et la prière. Pour plus de renseignements, consultez le dl.dropbox.com/u/58042848/Triptyque_programme%20Automne2012.pdf ou encore le www.facebook.com/triptyque.

Éric Roger, l’instigateur des soirées SoloVox depuis maintenant 12 ans.

SoloVox : bientôt 12 ans
Les soirées SoloVox célébreront leur douzième anniversaire en septembre 2012. Et puisque la toute première avait fait la part belle au poète Denis Vanier, c’est par une ode à ce dernier que l’instigateur de ces soirées, le poète montréalais Éric Roger, soulignera ce jalon. En effet, SoloVox se veut la vitrine de la poésie à Montréal depuis maintenant 12 ans, Éric ayant repris le flambeau des soirées de poésie de la regrettée Janou Saint-Denis. C’est donc un rendez-vous à ne pas manquer, le mercredi 26 septembre. Le coût de l’admission est de 7 $ et inclut un recueil au choix parmi les titres de la librairie volante. Nocturnades publiera plus de détails à ce sujet lors d’un prochain billet. Les soirées SoloVox ont lieu le dernier mercredi de chaque mois au bar L’Escalier Montréal (à deux pas du métro Berri-UQAM), à compter de 19 h. Pour plus de renseignements sur SoloVox, consultez le www.solovox.ca ou la page Facebook de l’événement (www.facebook.com/Solovoxpoesie).

Les soirées SoloVox sont commanditées par les Éditions David, les Éditions du Noroît, les Éditions de l’Hexagone, les Éditions Prise de parole, les Écrits des Forges et les Éditions Triptyque.

Jean-Marc Desgent, lauréat du Prix de la bande à Moebius 2011

Jean-Marc Desgent, lauréat du Prix de la bande à Moebius 2011 pour son texte intitulé « Le joli théâtre de Platon ».

Le Prix de la bande à Moebius 2011 a été décerné à Jean-Marc Desgent pour son texte intitulé Le joli théâtre de Platon, paru dans le no 126 de la revue Moebius : Dignité/Intégrité (numéro piloté par Jack Kéguenne). L’annonce en a été faite le mardi 27 mars à 19 h, à l’atrium de l’édifice Gaston-Miron.

Les autres finalistes étaient Catherine Cormier-Larose pour Avoir peur que le nouveau yoga soit du pole dancing : vignettes muséales (Moebius 129 : Le nu, numéro piloté par Jean-Simon DesRochers) et Jean-Paul Daoust pour Fière allure (Moebius no 126 : Dignité/Intégrité). Une mention spéciale a été accordée à Sandra Gordon pour Ptérosaure (Moebius 128 : Arbres, piloté par Bruno Lemieux).

Le jury du Prix de la bande à Moebius était composé de Claire Dé et Andrée A. Michaud. Après l’annonce du lauréat, celui-ci a fait lecture de son texte. Le Prix de la bande à Moebius récompense le meilleur texte paru dans la revue au cours de l’année. Jean-Marc Desgent reçoit un chèque de 300 $. Pour leur part, les trois finalistes se méritent un abonnement d’un an à la revue Moebius.

À propos de la revue Moebius
La revue thématique Moebius se définit comme une revue d’écritures et de littérature. Elle est précisément un lieu de prise de parole qui n’a que faire de l’étanchéité des genres et accepte donc tous types de textes littéraires : conte, nouvelle, court essai, poésie. Car il faut une pluralité d’écritures pour constituer une littérature (www.revuemoebius.qc.ca).