Buanderie nettoyeur (Marie-France Bancel-èmèf)

Buanderie nettoyeur

Je me gave d’arachides salées
qui collent à la saleté de mes manches
ton souvenir humide empesé dans ma chemise
ton odeur drue
sur le cachemire de mes seins

je jette mes camisoles dans un bassin de tendresse
refroidi par l’attente
mon amour s’émousse comme une dentelle de communiante
se disloque en lambeaux pâles
ruisselant de nos amertumes
échangées dans le noir

ce soir Hollywood crève l’écran
derrière le comptoir
célèbre les acteurs d’un cinéma qui m’échappe
dans sa parade de soie et de strass

et moi
parée pour le bal
les mains serties de vieux journaux
les néons rouges tatoués sur la nuque
je regarde tournoyer mes restes
comme une star oubliée
sur les rives improbables de son
happy end

— Marie-France Bancel-émèf, © tous droits réservés.

Vous pourrez entendre Marie-France Bancel-èmèf* en entrevue lors de la chronique De paroles et de lumière dans le cadre de l’émission Les contes à rendre sur les ondes de Radio Centre-Ville, 102,3 FM, le jeudi 26 novembre, entre 6 h et 8 h.

* Vous devez être connecté à Facebook pour afficher ce lien.

Sans titre (Pascale Bérubé)

SANS TITRE
JE T’AI VU
AU MILIEU DE LA PLACE
PARTY DE JEUNES
ÉPHÈBES
DOPÉS
LES COATS EN CUIR
LES RUNNING SHOES
SCRAPPES
LANGUES AU PLAFOND
TÉTINES
COLLÉES AUX GLACES
TU ÉTAIS
COMME UNE BÊTE
TES BRAS MORCELÉS
D’IMAGES DE SAINTS
ET DE DIABLES
J’AVAIS JUSTE ENVIE
QUE TU ME PASSES DESSUS
AVEC TON HOSTIE DE CHAR
ROUGE ET RUTILANT
QUI T’ATTENDAIT EN BAS

J’AVAIS JUSTE ENVIE
QUE TU ME BLASTES
COMME DANS UNE GAME
OÙ C’EST À VIF

APRÈS TROIS TEMPS
LES GENOUX
ÉGRAINÉS

DEVANT TOUT LE MONDE
J’AVAIS JUSTE ENVIE
QUE TU ME TRANSPERCES

QUE TU POSES UNE COURONNE
D’ÉTOILES
SUR MA TÊTE
EN ULTIME GESTE ROMANTIQUE
QUI A DU MAL
À SE TENIR DEBOUT
PARCE QUE L’AMOUR
C’EST TOUGH
ET QUE NOS CORPS
VONT S’ÉCRASER
APRÈS LA LUNE

J’AVAIS JUSTE ENVIE
QUE TU ME DISES
« VIENS T’EN JACKIE
ON VA FAIRE SAUTER
L’UNIVERS »
ET C’ÉTAIT JUVÉNILE
ET C’ÉTAIT NUL AU FOND

TU ES PARTI
AVEC LA PREMIÈRE
QUI T’ES TOMBÉE
SUR LES CUISSES

Y’A-TU UN DUDE
QUELQUE PART
QUI AURAIT DU FEU?
– POUR DE VRAI LÀ –
PAS COMME DANS
UN POÈME
OÙ ON BRÛLE
LE VRAI DISCOURS

IL ME FERAIT BRÛLER
AVANT QUE LES
GARÇONS SAIGNENT BLANC
DANS LE PRINTEMPS

IL ME FERAIT BRÛLER
DANS TOUS LES TROUS
DE LA VILLE

ET IL ME GARDERAIT
À LA FIN
COMME UNE COUPURE
DERRIÈRE LA PORTE

— Pascale Bérubé, tous droits réservés, novembre 2014.

Pascale Cormier : Fille prodigue

Pascale Cormier

Aimez-vous le texte oral?
J’inaugure aujourd’hui Texte oral, une nouvelle série de billets vidéo dont le but consiste à diffuser la poésie du Québec d’aujourd’hui dans sa forme parlée. Afin de lancer cette initiative en beauté, j’ai opté pour une récente prestation de la poète Pascale Cormier lors de la soirée Psaume II présentée le 9 août dernier par le duo Marjolaine RobichaudYvon Jean. La beauté et la profondeur du texte, d’une part, ainsi que la justesse et la retenue de la lecture, d’autre part, m’ont guidé dans ce choix. Pascale Cormier est accompagnée par le musicien Marc Poellhuber.

Frustration (Calixthe Beyala)

Afrique

Frustration
Ton regard est plus fort que la mort
Est-ce un pays, un paysage?
Est-ce la mer ou les années perdues à l’horizon?
Est-ce le souvenir de l’amour qui à la mort se confond?

Longtemps j’implorais ce regard
Venu de l’oubli de l’enfance au crépuscule du temps
Pour une halte, une chambre d’hôte au matin,
Et chaque soir caresse en moi l’éternel désir.

D’amour blessé, les laves de mes yeux se sont endormies
Tourment, tristesse et plaisir confondus,
Sombre sang d’Afrique, cannibale, cannibalisée
Donne à mon désespoir l’espoir qui t’a fait naître.

Des milliers de jours, des milliers de nuits
Épuisés d’un doute à renaître, fatigués
Tes yeux tournent autour de ma soif,
Vol noir et soyeux, Pays dans la distance,
Offrent tes lèvres et la météorite de tes hanches.

La terre est vieille, close sous les baisers d’un impossible amour
Dans l’affrontement tendre s’épuise sa lumière
Tel le passager d’une grâce ultime, je griffe sa clarté
Pour te faire l’amour des bouts des yeux et colorer de vie mes espoirs

oscillants

Que de pentes à grimper, de terres à traverser ou de branches,
Danse affolante, affolée, musique blessante, blessée,
Au bout du tunnel, au fond du songe,
Rien de plus qu’un clin d’œil et toute ma vie ici dans une joie
immobile, pour donner aux choses le tremblement majeur de tes cils.

Calixthe Beyala