La leçon de piano

L'Enfant prodige (Luc Dionne, 2010)

Je confesse que, à la sortie de L’Enfant prodige, je n’étais pas convaincu. Je craignais que ce long métrage biographique ressemble à l’un de ces nombreux téléfilms convenu et sans saveur. D’autant plus que le réalisateur Luc Dionne (Monica la mitraille) s’aventurait à l’extérieur de son territoire de prédilection, le monde criminel. Heureusement, je me suis trompé. Sans révolutionner quoi que ce soit, L’Enfant prodige est un document essentiel et plus qu’honnête sur la vie de ce Mozart québécois qui partageait le génie précoce et le destin tragique du maître. André Mathieu paiera très cher son prodigieux talent : enfance dérobée, dragon maternel dévorant (Macha Grenon, émouvante en mère névrosée), alcoolisme destructeur et lutte constante entre la bête pianistique qu’il était et qui portait ombrage à son double, le compositeur d’exception incompris et méprisé.

Porté par une distribution cinq étoiles — Marc Labrèche, Macha Grenon, Patrick Drolet (sûrement l’un des comédiens les plus doués de sa génération), Karine Vanasse et François Papineau pour n’en nommer que quelques-uns —, L’Enfant prodige est un divertissement intelligent qui en vaut bien d’autres. Avec en prime, bien sûr, la très belle musique d’André Mathieu et l’interprétation spectaculaire d’Alain Lefèvre.

Tour de force… policière

De père en flic (Émile Gaudreault, 2009)

J’étais sceptique, sans doute échaudé par toutes ces comédies qui confondent comique et ridicule. Il faut dire que, en matière d’humour, je suis un public difficile et que le vaudeville m’ennuie profondément. Heureusement, mes craintes se sont avérées non fondées. En effet, l’ex-Groupe sanguin Émile Gaudreault signe avec De père en flic (2009) une comédie intelligente et profonde, un long métrage hors du commun au carrefour des genres (film d’auteur sur les relations père-fils, polar et comédie). Ce faisant, il remporte un pari risqué avec l’appui d’une distribution de haut vol : outre Louis-José Houde, on retrouve entre autres Michel Côté, Rémy Girard, Patrick Drolet, Caroline Dhavernas, Robin Aubert, Normand D’Amour, Patrice Coquereau, Luc Senay, Sylvie Boucher et JiCi Lauzon. Bien sûr, il y a bien deux ou trois tirades où Houde cabotine quelque peu et semble faire un numéro de standup, mais ce n’est rien pour gâcher notre plaisir. On imagine sans peine les fous rires qui ont dû se propager sur le plateau par moments.

Une preuve irréfutable qu’il n’est pas nécessaire de se divertir idiot.