G-string ou burka (Yvon Jean)

Crédit photo : Ramon Martinez

G-string ou burka

G-string ou burka
Les deux extrêmes d’un monde de fou
Même folie, même constat
Et vous, où vous situez vous

Au nom de la liberté d’expression
On nous fait avaler des couleuvres
Nous fait croire que le voile est une option
Choix, liberté, mais que la folie de l’homme l’oeuvre

Pas mieux non plus, l’hypersexualisation
De ces femmes, en hors-d’oeuvre, asservient
Comme une marchandise, bien de consommation
Un ou l’autre, pas mieux, même déni

Déni de la femme, de sa réelle personne
Marchandisation ou assexualisation
Qu’un bout de tissu, on vous claironne
G-string ou burka, même extrême, même vision

Celle de faire femme chose, bien, objet
De lui enlever son jugement, sa raison
De ne la juger que par ses possibles attraits
De faire d’elles que poupées ou qu’objet de passion

Petit bout de tissu ou grand bout de drap
Même folie, que de vouloir contrôler celle
De faire de la religion une loi
Pour assevir, dominer, pute ou pucelle

G-string ou burka, sombre portrait
Dans les fesses ou sous les draps
On ficelle la femme, qu’objet
On façonne celle-ci, on dénude celle-là

Mais le monde est ainsi mâle fait
Pulsion, domination, agression
Autrement être cela plutôt devrait
Paix, respect, amour, pas juste passion

On monnaye tout, le corps n’est qu’un bien
Il faut plaire, à tout prix, ou ne pas
Plaire à un dieu, god-michet, god-rien
Même folie, même constat, g-string ou burka

— Yvon Jean, novembre 2014, tous droits réservés.

 

âmochée (Robert Hamel)

Crédit photo : Howard Schatz

À la douce mémoire de R. N.

âmochée
parfois
j’ai peur d’oublier
le feu des yeux
sous le ciel de la chambre étoilée
la fièvre qui embrase
les lèvres qui embrassent
le vertige et l’envie
entre l’oreille et le cou de la vie
le goût du sexe
et la buée des nuits nues et sans bouées
le point de rosée du plaisir
et le lever du désir
le parfum de tes dunes
et la saveur des pleines lunes
le lit en liesse
signée du sceau de la passion

parfois
j’ai peur
de ne jamais oublier
le musée des erreurs
et des horreurs
le goût rance de l’errance
et les déchets de la déchéance
mon coeur prostitué
qui se cherche un pimp
pis qui a besoin d’un fix
mais surtout
mon âme
scarifiée
sacrifiée sur l’autel des trahisons

mon âme
désâmorcée
âmoindrie
âmôchée
mon âme violée
vendue à l’encan
pour un printemps enflammé
et trois fois rien

— Robert Hamel, Les souvenirs ventriloques, © Les Éditions de l’étoile de mer, juin 2013.

Incantatoire (Calixthe Beyala)

Camerounaise

Incantatoire
Femmes de mes songes, ciel de vertige peuplé de diamants
Pas une ombre qui n’appartienne à la nuit d’ivresse
Pas une vague qui ne soit fumée des mots sur la terre
Pas un sable qui ne soit saison à écrire
Pour répéter ta gloire à travers les âges

Justes étaient les mots de l’amour
Ici Douala, ici Abidjan, ici Bamako
L’amour tenait au creux d’un vrai soleil

De pailles était le lit secret de nos phantasmes
S’abaissaient les montagnes, s’élevaient les plaines,
Les astres tournaient où tournaient tes yeux,
Et le miel et l’Océan sur tes cheveux…
Tu m’as dit vis, j’ai vécu jusqu’à en perdre l’haleine

Dans le silence, le ciel perdait ses clous
Nous nous reconnaissions aux fièvres de nos lèvres
Plus tard les Caméléons dans les sillages de l’amour
Se coursaient moins alertes que nos cœurs,
Quand tristesse et désir ont déchiré nos masques

Voix du vent apporte mon amour
Ici Bangui, ici Kinshasa, ici Dakar
Mon amour est né en riches plaines

Il nous fallait bien tresser notre couronne d’or,
Pencher notre nuit au malheur au vertige d’avant l’aube,
Il nous fallait bien dérober notre part de rouge et de noir d’ombre
et de lumière à ces hasards sensibles nommés désir

Mon amour est de nuit et de fable,
Ici Brazzaville, ici Yaoundé, ici Lagos,
Mon amour est de souffle et d’image

Une femme s’en va, un homme qui dit adieu,
Sans regret ni remords, ange aux ailes du désir,
Quelque chose se brise, quelque chose se déchire,
Je ne trouve plus repère, j’ai perdu mon ange,
Dans le jour des autres, mes sombres pensées
Don de désespérance et de passion
Je ne trouve plus mon image, j’ai perdu la partie, je suis perdue au
creux du temps, lasse de retenir ô l’ami, la force du vent

Ce n’est pas la faute de l’amour chagrin
Ici Bonn, ici Paris, Radio Londres, je vous écoute…
Ma mémoire est enlianisée,
Comme de légende, une vieille demeure,
Comme de folie une éclipse solaire,
Ici Madrid, ici Athènes, ici Rome, on vous écoute…

Mon amour à saveur d’algue et de mort…
Que dites-vous?

– Calixthe Beyala

Calixthe Beyala - ecrivainOriginaire d’une famille noble du Cameroun, Calixthe Beyala est née en 1961. Son père, un aristocrate bamiléké, et sa mère, une béti, se séparent peu après sa naissance. C’est la grand-mère maternelle qui récupère les deux sœurs issues de cette union. Elle va les éduquer à la manière ancienne, avec très peu de moyens financiers. La sœur aînée de Calixthe Beyala sacrifie ses études au profit de sa jeune sœur. Elle travaillera auprès de la grand-mère en vendant du manioc pour subvenir aux besoins de celle qui deviendra romancière. Les deux sœurs passent leur enfance à New-Bell, un quartier populaire de Douala. Calixthe rejoint la France à l’âge de 17 ans. Elle se marie, obtient un baccalauréat, puis poursuit des études de gestion et de lettres. Elle est mère de deux enfants, Edwy et Lou.

À ce jour, Calixthe Beyala a signé 19 ouvrages, dont le roman à caractère érotique Femme nue, femme noire (Paris, Albin Michel, 2003). Cette auteure influente a obtenu de nombreux prix et alimenté la controverse par ses  prises de position tranchées, notamment son appui à Khadafi et sa dénonciation du peu de place accordée aux Noirs dans la société et la culture françaises. Le texte ci-dessus est tiré du livre de photographie Black Ladies que le photographe allemand Uwe Ommer a consacré à la beauté de la femme noire.

(Rédigé d’après un article de Wikipédia).

Les rêves et les rives de Jean Yves Métellus

D'une rive à elles, de Jean Yves Métellus (Éditions Première Chance, 2012).

D’une rive à elles, de Jean Yves Métellus (Éditions Première Chance, 2012).

Elle avait du blues à l’âme
Des papillons pleins les cheveux
Elle portait son bleu dans les yeux.
Là, où fleurissait les lilas
Il y avait ses hanches fines,
Nos mains serrées sur des vers-tiges
En nous, l’écho des métaphores

Tu crées un univers
Haché de lumière
Et tes couleurs à peine audibles
Repeignent le vol des libellules
Enfant au cœur de porcelaine
Sans fissure sur l’en dedans, tu voudrais
Épurer la nature des choses

Crédit photo : Uwe Ommer (Black Ladies, Éditions Taschen, 1997)

Crédit photo : Uwe Ommer (Black Ladies, Éditions Taschen, 1997)

Bonheur que tu promets
Etat d’assouvissement
Rouvrir les ports de l’indicible
Troncher la tête à l’imposture
Hellénisme effrité
Entamons le vertige des gratte-ciel.

Je te vois secrète
Aussi muette qu’une voyelle
Ces lieux inconnus où tu te tapis;
Yeux couvés dans l’attente du jour
Ne favorisent point l’exil des étamines
Tu nourris l’illusion du bonheur
Haut de gamme et de poésies
En pesanteur, ta solitude

Je te  vois secrète / Aussi muette qu'une voyelle / Ces lieux inconnus où tu te tapis [...]

Je te vois secrète / Aussi muette qu’une voyelle / Ces lieux inconnus où tu te tapis […] (Crédit photo : Maxim Vakhovskiy, Black Venus, vol. 1)

C’est ta beauté qui m’aide
À transmuer le réel
Rumeur d’un pays
Où meurent des citadelles
L’or de tes yeux me hissent
Entre monts et merveilles

© Les Éditions Première Chance et Jean Yves Métellus, 2012. Tous droits réservés pour tous pays.

Le poète Jean Yves Métellus

Né en Haïti, où il a étudié, enseigné et pratiqué la littérature, Jean Yves Métellus a habité à Boston avant de s’établir à Montréal.

Né en Haïti, où il a étudié, enseigné et pratiqué la littérature, Jean Yves Métellus a habité à Boston avant de s’établir à Montréal. En 2012, il a publié D’une rive à elles aux Éditions Première Chance, d’où sont tirés les acrostiches qui précèdent. À la fois poète et peintre, cet artiste aussi doué que polyvalent organise des soirées poésie-musique et participe à diverses activités culturelles à Montréal. Vous pouvez vous procurer son recueil en communiquant directement avec lui par l’entremise de sa page Facebook.

Au Canada, vous pouvez vous procurer le livre de photographies Black Ladies de l’artiste allemand Uwe Ommer chez Amazon.ca.