Opium dans le ciel

Voix lactée

Opium dans le ciel
Opium dans le ciel
Formes rondes, formes belles
J’ai des amis qui en abusent mais moi
Ma bohème s’use
Voie lactée, émeraude
La séance est avant l’aube
Les insomniaques s’amusent mais moi
Ma bohème s’use
Mais moi, ma bohème s’use

La terre pivote et autour d’elle
Des âmes flânent
une âme espère et l’autre rêve
Des âmes planent

L’espace garde en otage
Le lunatique en son ouvrage
Et le dauphin flou sous l’hymen d’eau
Que la lune suit de ses flambeaux
Vous les bonheurs célestes
Vous qui veniez dans ma cambuse
M’aimez-vous encore, aimez-vous ce qu’il reste
Une fois que le temps prend l’homme et l’use?
Que le temps prend l’homme et l’use…

La terre pivote et autour d’elle
Des âmes flânent
Une âme espère et l’autre rêve
Des âmes planent

© Les Éditions Kaligram. Tous droits réservés pour tous pays.

Vous pouvez vous procurer Les insomniaques s’amusent en version MP3 ou CD chez Archambault.

SoloVox est maintenant offert… en webtélé!

Dynamique, Éric Roger, le grand manitou de SoloVox depuis maintenant plus de 12 ans, innove une fois de plus et écrit une page d’histoire en créant une émission webtélé entièrement consacrée à la poésie d’ici. En compagnie de son comparse de toujours, Yvon Jean, le duo a présenté la première émission de cette nouvelle série le samedi 16 mars 2013, et votre humble serviteur s’est promis de se joindre à l’aventure. Vous pouvez entre autres y entendre une entrevue avec Sibylle, une nouvelle voix qui s’est révélée grâce aux soirées qu’organise Éric Roger. La poétesse Pascale Cormier sera l’invitée de la semaine lors de l’édition du 23 mars 2013.

Sans plus tarder, je vous laisse syntoniser SoloVox webtélé, une émission diffusée sur douteux.tv, le samedi, de 13 h à 14 h.

À la semaine prochaine, même heure, même poste!

Soirée SoloVox du 28 mars 2012 : une grande réussite

Éric Roger, qui organise les soirées SoloVox depuis plus de 11 ans, avait d'excellentes raisons de sourire le 28 mars dernier.

Les amateurs de poésie de la grande région métropolitaine avaient encerclé en rouge la date du 28 mars 2012 sur leur calendrier et pour cause : Éric Roger, le grand responsable des soirées SoloVox depuis maintenant plus de 11 ans, avait réuni sur une même affiche un trio de choix. Le romancier, le parolier et le poète : Jean Barbe, Roger Tabra et Tony Tremblay.

Jean Barbe lisant « La marche à l'amour » de Gaston Miron. Photo : Johanne Morisseau.

En lever de rideau, Jean Barbe a reproduit l’événement La marche à l’amour qu’il avait mis sur pied à la station de métro Berri-UQAM à l’occasion de la Saint-Valentin, le 14 février dernier. L’artiste montréalais a distribué des exemplaires du texte à l’assistance et de nombreux spectateurs ont récité en chœur l’œuvre phare de l’homme rapaillé. Un moment vibrant de poésie.

Loup Solitaire a capté ce moment de poésie sur vidéo pour notre plaisir :

(Vidéo : courtoisie de Loup Solitaire et de SoloVox)

Tony Tremblay sur scène lors de la soirée SoloVox du 28 mars 2012. Photo : Johanne Morrisseau.

Tony Tremblay, dont la dernière parution, Rock Land, remonte à 2006, a enchaîné avec des vers libres aussi intenses que percutants où il était notamment question de notre société déshumanisée et déshumanisante.

Roger Tabra quelques secondes avant d'entreprendre la lecture de son texte. Photo : Johanne Morrisseau.

Le parolier montréalais bien connu Roger Tabra a ensuite lu un poème qu’il avait composé expressément pour l’occasion. L’œuvre, qui abordait entre autres le thème du vieil âge, a donné lieu à un grand moment d’émotion, de tendresse et d’intensité.

Roger Tabra a charmé le public avec la complicité de l’excellent claviériste Marc Poellhubert :

(Vidéo : courtoisie de Loup Solitaire et de SoloVox)

Après un interlude musical confié au duo composé de Rémi Lauzon et Marc Déziel, la relève poétique, en l’occurrence Robert Hamel et Vicki Laforce, a pris la parole. Le premier a lu deux poèmes en prose aux accents contemporains, tandis que la seconde a présenté quatre textes empreints de romantisme et de symbolisme, tantôt en prose, tantôt en vers.

La soirée s’est terminée par la traditionnelle séance de micro ouvert. Une dizaine de poètes ont défilé sur scène après le coup d’envoi de Jean Barbe, un texte qui pourrait fort bien s’intituler Partagez. Chaque auteur a proposé des contenus plus variés les uns les autres. Malheureusement, je ne dispose pas de la liste complète, mais je mentionnerai les Jean Yves Metellus, Martin Martimots Rivest, Caroline Hébert, Anatoly Orlovsky, Ponctuation G Actif, Alain Cormier, Bertrand Laverdure, Anthony Roger, Maxime de Cayer et autres Normand Lebeau, ce dernier ayant déridé l’assistance avec un texte à la fois truculent et grivois, Monsieur Zizimou.

Bref, la poésie était en fête, et les visages ravis étaient nombreux à la fin de cette soirée exceptionnelle.

La prochaine édition de SoloVox aura lieu le 25 avril prochain alors que la consultante spécialisée en médias sociaux Michelle Blanc sera parmi les invités. La liste des artistes ayant confirmé leur présence inclut également Bernard Courteau, Jean Yves Metellus, Alain Cormier, KORAZON Nord-Sud et Dramane Komé. D’autres sont susceptibles de s’y ajouter. L’événement aura lieu comme toujours au bar L’Escalier, au 552, rue Sainte-Catherine Est, à deux pas de la station de métro Berri-UQAM et du magasin Archambault.

Leclerc-Black en spectacle au bar Les Pas Sages

Le duo Leclerc-Black se produira en spectacle au bar Les Pas Sage, le 27 mars, à compter de 20 h.

Le duo formé d’Annick Leclerc et de François-Pierrôt Black se produira en spectacle le 27 mars, à 20 h, au bar Les Pas Sages, 951, rue Rachel Est, à Montréal. À cette occasion, Leclerc-Black vous offrira une soirée en musique et en chanson teintée de folk, de country, de blues et de bien d’autres choses. Admission : 5 $.

Arrivée spectaculaire du printemps à SoloVox

Affiche de la soirée SoloVox du 28 mars

Le poète montréalais Éric Roger, le grand manitou de SoloVox, a concocté un menu spectaculaire pour l’édition du 28 mars prochain. En lever de rideau, le romancier montréalais bien connu Jean Barbe demandera à l’assistance de réciter avec lui La Marche à l’amour du grand Gaston Miron. Roger Tabra, complice d’Éric Lapointe et auteur de centaines de chansons, livrera ensuite sa poésie avant de céder le micro à Tony Tremblay, récipiendaire du prix Émile-Nelligan 1998 pour son recueil Rue Pétrole-Océan. Viendront ensuite tour à tour les musiciens Rémi Lauzon et Marc Déziel. Comme toujours, la soirée fera la part belle à la relève en accueillant Robert Hamel et Vicki Laforce, puis se clôturera par la traditionnelle séance de micro ouvert. Le tout aura lieu de 19 h à 21 h, au bar L’Escalier, 552, rue Sainte-Catherine Est, à deux pas du métro Berri-UQAM. Le prix d’admission est de 7 $ et vous donne droit à un livre de poésie au choix.

À propos d’Éric Roger
Né en 1969 à Montréal, Éric Roger est un prolifique poète et un fanatique de musique. En 1994, il entreprend à CISM un parcours radiophonique qui se soldera par 450 émissions à l’antenne, puis relance Poète, vos papiers! à CINQ-FM. Il publie six recueils de poésie entre 1995 et 2012, soit :

  • Simple Imagination (1995)
  • Dans la bonne saison des talents (1996)
  • Un Paradis dans le néant (2006)
  • Narcissique dans le bec de l’autruche (2010)
  • Admission pour nulle part (2011)
  • Le Théâtre de l’âme (2012)

Au tournant des années 2000, il lance et anime les soirées de poésie-slam SoloVox, point de rencontre des musiciens et des poètes, faisant ainsi revivre la tradition des soirées de poésie qu’avait institué son ex-mentore, la regrettée poétesse Janou Saint-Denis.

Pour plus d’information, consultez le www.solovox.ca.

Le beau risque

Exposed, 1979

Ragaillardi après une thérapie aux méthodes discutables, Mike Oldfield effectue, avec le concours de près de 40 musiciens, une ambitieuse tournée européenne qui coûtera excessivement cher. Question de rentabiliser l’opération, le musicien, qui a l’habitude de miser sur la technologie des studios, relèvera, tel un funambule s’exécutant sans filet, l’énorme défi d’un album en concert : Exposed. Il en ressort un Tubular Bells écourté et plus rock ainsi qu’un Guilty grisant d’énergie en clôture de programme. Quant à Incantations, qui ouvre le bal avec splendeur, les chœurs hypnotiques et le poème lyrique qu’interprète Maddy Prior lui confèrent une dimension mystique qui fait de la pièce une prière païenne. Condensée, la pièce émeut davantage. Authentique et transcendant.

© Robert Hamel, janvier 2012. Tous droits réservés.

Aurore boréale

Mirage (1977)

Klaus Schulze enregistre Mirage tandis que son frère se meurt. Ces circonstances lui inspirent un «paysage d’hiver électronique» où règnent stagnation et mort. Délaissant les percussions, multipliant les strates sonores et les motifs entrelacés, le musicien renoue avec les atmosphères angoissantes de ses débuts. Velvet Voyage, odyssée sonore dont l’ouverture jouxte les rives du Rubycon de Tangerine Dream, bifurque au bout d’un moment au gré des ondes bleutées d’une musique dense et opaque comme les glaces. Évoquant au départ un Tubular Bells froid comme l’espace, les strates sonores de Crystal Lake auront tôt fait de résonner de leur tintement cristallin jusqu’aux confins de l’Univers. Sans le moindre doute, Mirage figure au nombre des productions les plus intemporelles du synthétiste germanique. L’Antarctique intérieur.

© Robert Hamel, décembre 2011. Tous droits réservés.