The Magnificent Void (Steve Roach)

The Magnificent Void

(Musique : Steve Roach/images : Josselin Jegu)

Poésie de l’espace.
De la lumière.
Du son.
Du mouvement.
Poésie pure.

Steve Roach, The Magnificent Void.
Jamais le néant n’aura été si impérial, si lumineux, si éloquent. Jamais n’aura-t-il été si magnifique.

Cette vidéo de Josselin Jegu était tout simplement conçue pour la lune funambule. La voici donc, pour une seconde fois.

More Than Myself (Anne Sexton)

Woman Looking at Reflection --- Image by © Elisa Lazo de Valdez/Corbis

Woman Looking at Reflection — Image by © Elisa Lazo de Valdez/Corbis

More Than Myself

Not that it was beautiful,
but that, in the end, there was
a certain sense of order there;
something worth learning
in that narrow diary of my mind,
in the commonplaces of the asylum
where the cracked mirror
or my own selfish death
outstared me . . .
I tapped my own head;
it was glass, an inverted bowl.
It’s small thing
to rage inside your own bowl.
At first it was private.
Then it was more than myself.

— Anne Sexton, More Than Myself, ® Tous droits réservés pour la succession de l’artiste.

Pascale Cormier : Fille prodigue

Pascale Cormier

Aimez-vous le texte oral?
J’inaugure aujourd’hui Texte oral, une nouvelle série de billets vidéo dont le but consiste à diffuser la poésie du Québec d’aujourd’hui dans sa forme parlée. Afin de lancer cette initiative en beauté, j’ai opté pour une récente prestation de la poète Pascale Cormier lors de la soirée Psaume II présentée le 9 août dernier par le duo Marjolaine RobichaudYvon Jean. La beauté et la profondeur du texte, d’une part, ainsi que la justesse et la retenue de la lecture, d’autre part, m’ont guidé dans ce choix. Pascale Cormier est accompagnée par le musicien Marc Poellhuber.

Adieu Nocturnades… bienvenue Lune funambule!

Cette image, et d’autres encore, m’ont inspiré le titre Lune funambule
(crédit : Bladi.net – Album de Elyssa).

D’entrée de jeu, permettez-moi de faire un aveu : je n’ai jamais aimé le titre de mon blogue Nocturnades.

En fait, ce titre découle d’un mauvais calcul. Au début, lorsque l’idée du blogue s’est imposée à moi, je devais l’intituler espoésie, mot tronqué formé d’espace et de poésie. Mais j’ai bien vite trouvé ce titre peu évident et trop ésotérique à mon goût.

J’ai alors voulu rendre hommage au regretté Gilbert Langevin. J’ai donc choisi le mot Nocturnales, lequel figure dans le titre de l’un de ses textes, mais, au moment d’acquérir le nom de domaine, ce dernier n’était plus disponible. J’ai alors opté pour la variante Nocturnades, bien que je n’en ai jamais été satisfait.

Ensuite, j’ai eu envie de m’offrir un nom de domaine qui ne comportait pas la mention WordPress. Très tôt, le mot funambule s’est imposé dans mon esprit. J’aimais cette image du poète funambule, en équilibre sur le fil de fer qui mène d’une expression originale et singulière à la communication universelle. Toutefois, le domaine funambule.com n’était pas disponible. Il me fallait donc ajouter un complément au mot funambule. Bien sûr, j’ai tout de suite pensé à Poésie funambule, mais le titre m’a semblé trop explicite pour être… poétique.

Puis, j’ai cogité là-dessus jusqu’à ce que, la semaine dernière, en cherchant des images de la lune avec Google, je tombe sur des œuvres de photographes qui, par un astucieux jeu de perspective, montraient une lune funambule. La lune funambule : quelle belle image empreinte de poésie! Pourquoi n’y avais-je pas songé plus tôt?

C’est ainsi que Nocturnades tire sa révérence et cède sa place à Lune funambule. Le dernier artiste à avoir été publié dans Nocturnades est donc Yvon D’Anjou.Toutefois, tous les contenus publiés dans Nocturnades au fil du temps demeureront accessibles dans Lune funambule.

Ah oui, j’allais oublier… La vocation de Lune funambule sera quelque peu différente. Il n’y aura pas d’entrevues comme c’était le cas dans Nocturnades, du moins pour le moment. La préparation des entrevues étant chronophage, elle ne me laissait plus de temps pour lire et écrire de la poésie. J’ai donc décidé de faire la promotion des poètes d’ici en publiant leurs œuvres ainsi que les renseignements nécessaires pour se procurer leurs recueils. J’ai aussi choisi de mettre l’accent sur les poètes émergents qui publient au sein de maisons d’éditions indépendantes ou à compte d’auteur. Cela exigera moins de temps et me permettra de publier avec une plus grande assiduité. D’ailleurs, si cela vous intéresse, vous pouvez me faire parvenir vos textes à nocturnades@gmail.com (comme quoi il en subsiste quelque chose). Veuillez toutefois noter que je ne m’engage pas à publier tout le matériel que je recevrai.

Enfin, je tiens à remercier tous ceux qui ont fréquenté Nocturnades pendant sa courte vie et vous donne rendez-vous sur la Lune funambule!