L’Exil (Yvon d’Anjou)

En cette froide journée d’hiver, Lune funambule relaie un texte d’Yvon d’Anjou publié quelques semaines plus tôt sur www.bazoom.ca. Il vous suffit de cliquer sur l’hyperlien qui précède pour l’afficher.

Bonne lecture!

L’homme qui écrit plus vite que son ombre

Lundi 17 novembre 2014, Tribune Fokûs. Vers la fin d’une soirée haute en couleur, Yvon d’Anjou prend le micro. En une dizaine de minutes, il lit Josée Yvon, Sylvia Plath et Denis Vanier avant de foudroyer l’auditoire avec la musicalité singulière de son verbe pyromane dans un agrégat de mots pulsations percutant écrit pendant la soirée, au fil des prestations des poétesses et poètes invités. L’auditoire est conquis et sidéré (pour ne pas dire flabbergasté). Mais jugez-en plutôt par vous-même…

 

SoloVox rend hommage à Josée Yvon

La soirée SoloVox du 28 novembre 2012 rend hommage à la regrettée Josée Yvon.

Fidèle au concept mis en œuvre cette saison, SoloVox rend une fois de plus hommage à un poète québécois disparu lors de l’édition du 28 novembre 2012.  En effet, après Claude Gauvreau et Denis Vanier, c’est l’égérie de ce dernier, Josée Yvon, qui se retrouvera sous les feux de la rampe, tandis que les invités de l’animateur et poète Éric Roger seront Nancy Labonté, Jean-Marc Lefebvre, Tessa Manuello, Anny Schneider et Marybel Messier. La portion musicale sera confiée à Ty Billingsley, et les paysagistes sonores attitrés seront Marc Poellhuber et Dominique Huot. Le tout se terminera pas la traditionnelle séance de micro ouvert, laquelle permet au public de découvrir de nouvelles voix d’ici.

Le poète et animateur Éric Roger, l’âme de SoloVox depuis maintenant 12 ans.

Vitrine de la poésie montréalaise et québécoise sur la rue Sainte-Catherine, SoloVox compte sur la commandite des Éditions David, des Éditions du Noroît, des Éditions de l’Hexagone, des Éditions Prise de parole, des Écrits des Forges et des Éditions Triptyque. L’entrée est de 7 $ et inclut un recueil ou une revue de poésie au choix.

Les amateurs de poésie de Montréal ont donc rendez-vous une fois de plus à compter de 19 h, le 28 novembre 2012, au bar L’Escalier Montréal, au 552, rue Sainte-Catherine Est, à deux pas de la station de métro Berri-UQAM, pour une autre belle soirée de poésie. Nocturnades espère vous y voir en grand nombre.

L’art du balbutiement de Nathalie Noël

Nathalie Noël, l’auteure du blogue à caractère poétique Balbutiements.

Depuis quelques mois déjà, la poétesse et écrivaine Nathalie Noël produit régulièrement de fort jolis balbutiements sous forme de haïkus sur son blogue simplement intitulés Balbutiements (nathalienoel64blogspot.com). Formée aux arts visuels et à la danse, Nathalie Noël enseigne les arts. Outre ses activités professionnelles, elle se consacre à l’écriture et à la photo.

Attiré puis séduit par la luminosité et la puissance évocatrice de ces petits joyaux poétiques incandescents, Nocturnades a eu envie d’en savoir davantage sur l’identité artistique de Nathalie Noël. Entrevue avec la maître d’œuvre de balbutiements très éloquents.

Nocturnades : Depuis quand écris-tu?
Nathalie Noël : J’aime penser que je suis née avec un crayon dans les mains. J’écris depuis avant de savoir écrire et lire ou disons que j’écris depuis que je ne sais pas écrire. Cela peut paraître compliqué, mais l’écriture m’a toujours fascinée, et ce, depuis ma tendre enfance.

N. : Comment es-tu venue à la poésie?
N. N. : Par hasard, à la bibliothèque du cégep, ma main s’est tendue vers le rayon où se trouvaient Prévert, Baudelaire, Éluard, Breton et surtout, surtout… Blaise Cendrars. Quelques années plus tard, la découverte de Gaston Miron confirmera la grandeur, la force, la puissance de la poésie et l’importance que celle-ci a pour moi. Ces deux auteurs sont encore présents aujourd’hui, de manière plus discrète certes, mais ils ont été déterminants. Ce sont d’inépuisables sources d’inspiration.

N. : Quelles sont tes principales influences?
N. N. : Ma rencontre — laquelle tient aussi du hasard — avec les poètes de la revue Gaz moutarde me permettra plus tard d’aborder l’univers de la publication et de côtoyer des monstres sacrés tels que Josée Yvon, Denis Vanier, Jean-Paul Daoust, José Acquelin, Mario Cholette, David Hince et d’autres encore.

N. : Qu’est-ce que l’écriture pour toi?
N. N. : Elle permet tout. Elle existe sans l’écriture; elle est respiration, mouvement, source intarissable. Elle me permet « de ne pas devenir folle », de conserver mon équilibre, de jouer avec les mots et de déborder à ma guise des conventions. Écrire est vital. L’écriture est ma première compagne.

C’est ma médecine, ma voie de sortie ou d’entrée. Elle me permet de libérer le trop-plein ou le vide que la vie s’évertue à m’offrir.

N. : Quel but poursuis-tu quand tu écris?
N. N. :
L’écriture me permet de révéler la sacralité que nous avons tous en nous et qui est parfois occultée par les nécessités de la vie matérielle. Elle me sert à amplifier, à transformer, à recréer et à redessiner le simple sentiment d’aimer et d’être aimé. Elle unit l’immensité de la nature à la petitesse de l’humain et laisse émerger le presque invisible de la vie, la beauté et la grandeur de l’âme humaine.

Pour terminer cet entretien et illustrer notre propos, voici en guise de conclusion quelques haïkus tirés du blogue de Nathalie Noël et publiés récemment :

ça peut faire ça le pain
des tranches de vie
des confitures sur le lit

je suis disparue
il faudra sortir la baguette
et puis compter jusqu’à demain

entre dans mon petit abysse
il fait chaud
c’est toi ma voile sous-marine

un drap de peau blanc
où inventer nos joies
sous le tropique d’hiver

joindre les mains
ensemble le salut
la liberté de ne pas être égo

Nathalie Noël diffuse également ces haïkus par l’entremise de sa page Facebook (http://www.facebook.com/nathalie.noel.640?fref=ts).