La « poésophie » d’Yvon d’Anjou

Le rideau du silence
J’ouvre les rideaux avant l’aurore
Je ferme la nuit avant l’horreur
J’extrais du silence un discours inusité
J’extirpe de la racine l’inutilité
J’abreuve les terres qui souffrent d’infertilité
Je suis le vers nuisible de la calamité ◊

L'Ivre Muse est le premier recueil du poète montréalais Yvon D'Anjou.

L’Ivre Muse est le premier recueil du poète montréalais Yvon D’Anjou.

Blesse-moi tranquille
Je suis la science de la torture
Le sacrilège et la blessure
Blesse-moi tranquille
S’il te plaie
Je ne te hanterai plus de ma pluie vengeresse
Je cède le nuage à tes yeux vides
Tu es une poignée de vers putrides
Un poème déchiré
Une prose aride
L’amour et la mort
La musique d’une même main
Le refrain du même engrenage
Tu es le sable le boulon de la rage
Et le grincement du ravage ◊

Les buveurs de l’ombre
J’ai pris l’ombre de la mort dans mon cœur
Et je lui ai éteins les yeux
Ce grossier personnage
N’abordera plus mon rivage d’or et de sable
Je sais que mon palmier se nourrit de fable
Je tente de ravir à la racine quelques étincelles
D’atmosphère
Je cherche à arracher à l’écorce un brin de lumière
La poussière Orphique
La lumière Orgiaque
Et l’univers Utopique
Des buveurs de l’île Dionysiaque ◊

Le second degré de l’effroi
Tu étais là à ausculter le temps
Le ciel jouissif était bleu acier de froid
Tu calculais encore l’espace qui nous relie
Tu comptabilisais ce flot d’énergie qui nous unis
Moi je me disais simplement que tant qu’on est ici
On n’a qu’à décloisonner la fabrique du temps
Et fibré de l’espace non virtuel
Si l’on se ficelle à même notre exotique rapport de chair
Peut-être que le rideau extatique
Lèvera de son propre vent naturel
Tu chuchotais dans ton anglo-saxonne d’habitude :
« I’m melting away from the world »
J’ai rouspété bien sûr que si
Car avec beaucoup d’amour conditionnel
On évolue dans le monde virtuel
Les rapports éventuels
Sont biaisés par une approche trop numérico-surnaturelle
C’est le SECOND DEGRÉ DE L’EFFROI! ◊

Extraction
Un homme porte en lui
Deux siècles
Un cœur millénaire
Et des fruits venus de l’atmosphère
Scindé en deux
Crucifié en plein thorax
Une plaie dans la pleine au milieu
Fraction de moyeu
L’antan, l’autrefois
Le maintenant
L’instant-jamais ◊

L’aube
Il y eut un encensoir
Il y eut un refrain
Ce fut le premier jour
De tous les chemins
L’enfance de l’aube
Dans la matrice du destin ◊

© Les Éditions Première Chance et Yvon d’Anjou, 2013. Tous droits réservés pour tous pays.

Le poète montréalais Yvon d'Anjou.

Le poète montréalais Yvon d’Anjou.

Yvon d’Anjou est né à Montréal dans le quartier Saint-Henri. Amant de la poésie depuis l’âge de 14 ans, il a étudié la philosophie et la littérature pour chercher à donner sens et beauté au monde. Son premier amour a toujours été la poésie, mais sa maîtresse est la philosophie. L’Ivre Muse est son premier recueil. Le lien précédent vous permettra de vous procurer ce livre.